"Il se mit à les instruire longuement"

Publié le par Père Louis de Villoutreys

16ème dimanche du Temps ordinaire - Année B (Mc)
Dimanche 23 juin 2006
Paroisse Saint-Christophe de Pointe-Noire (République du Congo)

 

La fin du passage d’évangile que nous venons d’entendre se termine ainsi : « Alors, il se mit à les instruire longuement ». Je profite d’être ici en Afrique, à Pointe-Noire, pour, comme le Christ lui-même, prendre le temps de prêcher. En France, c’est plus difficile, les gens regardent leur montre et n’aiment pas les homélies trop longue. Ici, je sais que vous savez prendre le temps, alors je me permets de ma lâcher et de prêcher longuement.

 

Dimanche dernier, Jésus appelle les Douze et les envoie en mission deux par deux. Les voilà de retour. « Ils se réunissent autour de Jésus et lui apportent tout ce qu’ils ont fait et enseigné ». Jésus leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » Notons que le désert est un lieu d’errance et d’égarement, un lieu de tentation, d’où la nécessité d’avoir un guide, quelqu’un d’expérimenté.

Après le temps de la mission, c’est le temps du repos. Temps de relecture, de partage de vie, d’action de grâce… Temps privilégié avec le Seigneur. Ils s’écartent de la foule, c’est-à-dire de ce monde d’agitation, de bruit pour vivre une intimité profonde avec le Christ.

Nous aussi, en ce premier jour de la semaine (jour de repos), nous nous rassemblons ici dans cette église pour la célébration de l’Eucharistie. Nous, disciples du Christ, nous répondons à son invitation : « Venez à l’écart ». Le Christ est là au milieu de nous, qui sommes réunis en son nom. Il est là. Nous sommes, comme les apôtres, auprès de lui. Savourons ce moment présent.

Cette intimité privilégiée avec le Christ ne coupe pas les disciples du monde. En fait, les disciples n’arrivent pas à être vraiment à l’écart. Les gens courent et même ils les devancent. Les disciples ne peuvent ignorer la foule. Les gens les reconnaissent, ils les reconnaissent comme les envoyés du Christ.

Et nous, qui sommes rassemblés auprès du Christ, de sa Parole et de sa Parole vivante en son eucharistie, entendons-nous cette foule de gens qui courent ? Où courent-ils ? Vers les sectes ou bien vers les témoins véritables du Christ ? Les voyons-nous courir à la recherche d’eux-mêmes, du sens de leur vie, de Dieu… mais de quel Dieu ? Nous ne pouvons pas être sourds.

« Beaucoup les reconnurent ». Et nous, sommes-nous reconnus comme les disciples du Christ envoyés par lui auprès d’eux ? Nous qui sommes le Peuple de Dieu, l’Église du Christ en marche, agissons-nous de telle manière, vivons-nous de telle manière qu’ils nous reconnaissent comme les témoins vivants du Christ ressuscité ? Vivons-nous en enfants de Dieu, en frères et sœurs en Christ, selon l’Esprit Saint ? « Voyez comme ils s’aiment ». C’est à la mesure de notre fraternité d’amour que le monde peut connaître le véritable Dieu. « Ma vocation, c’est l’amour » écrit sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, c’est l’amour vécu en Église.

Si l’Église célèbre l’Eucharistie, c’est bien sûr pour la gloire de Dieu et le salut du monde, ce monde que nous portons dans notre prière universelle. Invités au repas du Seigneur, nous venons à l’écart auprès de l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Dans cette eucharistie, portons en nos prières tous ces visages que nous rencontrons durant la semaine, ces visages parfois fatigués, peinés et en quête d’espérance et de bonheur.

Cette foule de gens nous devance, car le Christ qui porte en lui la multitude nous devance.

 

« En débarquant, Jésus vit une grande foule ». « Il fut saisi de pitié envers eux parce qu’ils étaient comme des brebis sans bergers ». Jésus regarde, il prend le temps de regarder cette foule de visages. Ils sont sans berger, ils sont désorientés.

En France, on parle beaucoup de précarité. « Non, non, non à la précarité » scandent les lycéens et les étudiants à l’occasion des dernières grandes manifestations. Ils dénoncent la précarité professionnelle, économique et sociale. Mais restent deux autres non, deux autres précarités. Deux précarités difficiles à percevoir, et pourtant liées entre elles : la précarité affective et la précarité spirituelle.

La précarité affective : qu’il est dur de vivre quand on ne peut pas compter sur une famille solide. Tant de familles sont blessées par le divorce, par l’individualisme.

La précarité spirituelle : une précarité très diffuse (même parmi les chrétiens) ! Des incertitudes et des doutes quant à la foi.

Comment avancer dans la vie quand on n’a pas de repère, quand on manque d’espérance ? Combien de suicides en France, en particulier chez les jeunes ?

« Comme des brebis sans bergers ». Cette croissance spirituelle dépend en grande partie des prêtres. Nous, prêtres, sommes appelés à exercer une authentique paternité spirituelle.

 

« Ils se mit à les instruire longuement ».

Avant même le récit de la première multiplication des pains, Jésus prend le temps de les nourrir de sa Parole. C’est ce que nous vivons à chaque messe. Cette foule désorientée, sans berger, entend-elle la Parole de Dieu, Parole de salut, la Bonne Nouvelle ? Nous, Église du Christ, faisons-nous entendre à tous nos frères les hommes cette Parole de Dieu qui nous nourrit ?

 

Je termine cette homélie par vous parler du ministère des prêtres que vos que commence tout juste à exercer. On distingue traditionnellement trois axes dans le ministère pastoral : l’enseignement, le gouvernement et la sanctification.

Un ministère d’enseignement à la suite des Apôtres et à l’école du Christ « venu annoncer la Bonne Nouvelle de la paix » (Ep 2, 17 – 2ème lecture).

Un ministère de gouvernement : « Je leur donnerai des pasteurs qui les conduiront » (Jr 23, 4 – 1ère lecture), ces brebis « égarés et dispersés » par les mauvais bergers et rassemblés par le Seigneur.

Un ministère de sanctification : il ne s’agit pas de séparer avec le mur de la haine mais de réconcilier les personnes avec Dieu par la Croix. La sainteté ne consiste pas en une séparation mais au contraire en une union encore plus parfaite avec Dieu par le Christ. « Par lui, en effet, les uns et les autres, nous avons accès auprès du Père dans un seul Esprit ». (Ep 2, 18).

Benoît XVI nous dit : « Les fidèles n’attendent qu’une seule chose de la part des prêtres : qu’ils soient des spécialistes de la rencontre entre Dieu et les hommes. On ne demande pas à un prêtre d’être expert en économie, en ingénierie ou en politique. On attend qu’ils soient un spécialiste de la vie spirituelle ».

Pour finir, je vous exprime mes vœux :

Que les prêtres soient vos frère dans le service commun de l’Évangile du Christ.

Que les prêtres soient vos chefs, c’est-à-dire vos guides qui vous conduisent par le juste Chemin vers le Père.

Que les prêtres soient vos pères, c’est-à-dire qu’ils vous nourrissent et vous fassent grandir selon l’Esprit de Dieu.

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen !


Commenter cet article

Pascuale 27/01/2012 18:59

Félicitations mon père!

J'encourage votre initiative de mettre en ligne vos hommelies.

clovis simard 24/08/2011 12:40


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-4, THÉOREMES DE L'ESPRIT ET AMOUR DIVIN..

Cordialement

Clovis Simard


clovis simard 19/02/2011 19:05


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-5: TOUT OU RIEN !

DIEU JOUE AUX DÉS AVEC L'INTELLIGENCE HUMAINE ?

Cordialement

Clovis Simard


clovis simard 18/02/2011 00:03


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-7: LA VIE EN ABONDANCE !

LA RÉSURRECTION DU CHRIST ET LA PHYSIQUE QUANTIQUE !

Cordialement

Clovis Simard


clovis simard 10/02/2011 23:49


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-20, THÉOREME de L'AMOUR.

LES MERVEILLEUSES ÉQUATIONS DE L'AMOUR !
(Déclaration de JOHN NASH lors de son Nobel)

Cordialement

Clovis Simard