Par son obéissance de la foi Marie nous conduit au Bon Dieu

Publié le par Père Louis de Villoutreys

4ème dimanche de l’Avent – Année B (Mc)
Dimanche 21 décembre 2008




« Voilà le mystère qui est maintenant révélé : il était resté dans le silence depuis toujours, mais aujourd’hui il est manifesté ». Dieu ne se cache pas, il se montre en la personne de Jésus Christ. Saint Paul proclame cette Bonne Nouvelle aux Romains, et ajoute : « ce mystère est porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi ».

 

L’obéissance de la foi. Voilà une expression qui peut surprendre ! On ne peut pas dire que l’obéissance soit une valeur qu’on encourage. Et pourtant, entendons-nous bien, de quelle obéissance s’agit-il ? C’est l’obéissance de la foi, non pas celle sous contrainte mais celle sous la foi, la confiance.

Obéir signifie étymologiquement écouter. « Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu

est l'unique Seigneur » (Dt 9, 4). Nous retrouvons là la foi juive.



Marie,  une jeune fille juive, habitante de Nazareth en Galilée, vivant sous l’obéissance de la foi, prend part à ce mystère de la venue du Fils de Dieu depuis ce jour de la rencontre avec l’ange Gabriel.

Dans ce récit de l’Annonciation, comment s’exprime la foi de Marie ? Quel mystère est porté à la connaissance de Marie ?

 

Comment s’exprime la foi de Marie ?

  - La  virginité de Marie exprime sa totale disponibilité  au Seigneur.

  - La foi de Marie n’et pas sans questionnement : « elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation », « comment cela va-t-il se faire puisque je suis vierge ».

  - Sa foi s’exprime enfin par une acceptation confiante à la volonté du Seigneur : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole ».

L’attitude de Marie est un exemple pour nous chrétiens. Sommes-nous vraiment dans une écoute disponible à la Parole de Dieu ? Notre foi est-elle figée ou bien  en questionnement ? Acceptons-nous vraiment de faire la volonté de Dieu ?


Quel mystère est porté à la connaissance de Marie ?

Il s’agit du mystère de Dieu. Écoutons les paroles de l’ange :

  - « Le Seigneur est avec toi ».  Marie, jeune fille juive, appartient au Peuple de Dieu. Elle est fille de Dieu le Père.

  - « Tu vas concevoir et enfanter un fils […], il sera grand, il sera appelé le Fils du Très-Haut, […] son règne n’aura pas de fin. ». Marie est mère, mère de Jésus, mère du roi de l’univers. Elle met au monde le Fils de Dieu, elle est mère de Dieu.

  - « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ». Marie est comme l’épouse de l’Esprit Saint. En elle, le Christ est conçu du Saint-Esprit.

Marie nous conduit au mystère de Dieu qui est Père, Fils et Saint Esprit. N’ayons donc pas peur du culte envers Marie. Ce n’est pas de la bondieuserie médiocre, ou plutôt c’est de la bondieuserie dans le sens qu’elle nous révèle la bonté de Dieu. N’ayons pas peur d’invoquer Marie qui intercède auprès du Bon Dieu pour nous tous.


Ces paroles de l’ange rappellent à l’Église ce qu’elle est : la famille des enfants de Dieu,  ce corps qui porte en lui le Christ pour le mettre au monde en l’annonçant, le Temple de l’Esprit Saint.

 

Avec Marie et Paul, nous tournons notre cœur vers le Bon Dieu : « Gloire à Dieu le seul sage, par Jésus Christ, et pour les siècles des siècles. Amen. »

Publié dans Année B - Avent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves 23/12/2008 22:53

Cher Père Louis,

Pourquoi ne pas avoir rappelé (l'occasion était en or !) ce mot pourtant capital après "virginité" : perpétuelle ! Peut-être que vos chers fidèles sont tous dans l'orthodoxie de la foi (du moins, je l'espère !).

Une homélie avec des passages de Saint Bernard de Clairvaux ? Pourquoi pas ? http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-25827670.html


Saint Noël à vous !

Père Louis de Villoutreys 23/12/2008 23:30


Cher Yves, une homélie n'est jamais exhaustive. J'aurais pu en effet ajouter le mot "perpétuelle" à virginité pour rappeler le dogme marial de la virginité de Marie. Mais, je me situais davantage
dans le récit de l'annonciation : l'histoire commence par la visite de l'ange à Marie, "une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph". C'est là,
à Nazareth, que tout a commencé.
"Une homélie avec des passages de Saint Bernard de Clairvaux ?" eh bien, j'y penserais la prochaine fois.