"La Maison que Dieu construit"

Publié le par Père Louis de Villoutreys

Dédicace de la Basilique du Latran - Année A (Mt)

Dimanche 9 novembre 2008 (Chambroutet)



    Aujourd’hui, 9 novembre, nous sommes invités à fêter la Basilique du Latran. En quoi cette basilique nous concerne nous, petite communauté locale de Chambroutet ? Beaucoup, parmi nous, n’y ont jamais mis les pieds.

     En fait, la basilique du Latran est la cathédrale de Rome, là où siège Saint Pierre et ses successeurs. L’Eglise du Christ est bâtie sur Pierre, le premier des Apôtres : « Pierre, tu es pierre, et sur cette pierre je bâtirais mon Église ».Ainsi, en fêtant la Dédicace de la cathédrale deRome, nous signifions notre attachement à l’évêque de Rome, le premier des évêques et donc à toute l’Eglise catholique.

     Fêter la Dédicace d’une église, c’est nous rappeler que l’église est le lieu du rassemblement des chrétiens qui forment l’Église du Christ, une Église qui célèbre le Seigneur dans la prière et les sacrements. Cette liturgie est plus grande que notre assemblée visible, comme en témoignent les statues des saints qui ornent cette église. C’est pourquoi, il y a huit jours, nous avons fêté la Toussaint, la sainteté de Dieu qui se reflète dans son Église, sainteté à la quelle nous sommes tous appelés.

     L’Église ! Qu’est-ce que l’Église ? Nous en avons plusieurs images.

     - L’Église comme peuple, peuple de Dieu en marche. Les pèlerinages en sont l’expression. L’évangile d’aujourd’hui nous montre Jésus monter au Temple de Jérusalem.

     - L’Église comme corps, Corps du Christ dont nous sommes les membres. C’est Saint Paul en particulier qui en parle dans ses épitres.

     - Enfin l’Église comme temple, Temple de l’Esprit Saint, la « demeure de Dieu parmi les hommes » (refrain du psaume).

     Dans ces trois images, nous retrouvons les trois personnes de la Trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. L’Église n’est pas une création humaine, elle est une fondation divine. Arrêtons-nous sur la troisième image.

     « Vous êtes la maison que Dieu construit » dit saint Paul à l’Église qui est à Corinthe. Autrement dit l’Eglise n’est pas notre œuvre, c’est l’œuvre de Dieu. Mais saint Paul ajoute « comme un bon architecte, avec la grâce que Dieu m’a donnée, j’ai posé les fondations. D’autres poursuivent la construction ». L’Église est bien l’Église de Jésus-Christ, mais elle n’est pas l’Église sans les apôtres, tel Paul, et plus largement sans les chrétiens. L’Église est une maison inachevée et Dieu ne la construit pas sans nous.

     L’Église est comme une maison qu’on peut voir différemment.

     Certains voient l’Église comme un monument historique, comme une maison d’époque digne d’être conservée. C’est l’Eglise musée : on ne touche à rien.

     D’autres voient l’Église comme une maison en ruine, abandonnée. C’est ce qu’un certain regard sociologique, présenté souvent par les média, donne à voir : les pratiquants sont peu nombreux et plus très jeunes ; il y e de moins en moins de baptêmes d’enfant…

     Enfin, il y a un regard plus positif, ou plutôt plus évangélique : L’Église est comme une maison en chantier. Un chantier permanent dont la grâce est le ciment et les chrétiens les ouvriers. Parfois, il y a des choses à refaire ou à inventer. Mais « les fondations, personne ne peut en poser d’autres que celles qui existent déjà : c’est fondation, c’est le Christ ».

     L’Église est une maison vivante. Mais de quelle vie s’agit-il ? Jésus y refuse la vie du monde : « ne faites pas de la Maison de mon Père une maison de trafic » dit-il dans le Temple de Jérusalem.

     L’Église est une maison vivante. Ses fenêtres sont ouvertes laissant passer le vent, non pas le vent du monde mais le vent de l’Esprit. C’est le Temple de l’Esprit Saint. Cette vie de l’Esprit nous la retrouvons dans la vision d’Ezékiel à propos du Temple de Jérusalem : « sous le seuil du Temple, de l’eau jaillissait […]. Cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent ». Nous pouvons y voir les eaux du baptême qui nous font entrer dans l’Église et dans la vie de Dieu. Cette eau, c’est aussi les sacrements de l’Église par lesquels Dieu sauve. L’eau déborde du temple, autrement dit la vie de Dieu n’est pas enfermée dans l’Église, elle est pour tous.

     Enfin, regardons l’église dans laquelle nous sommes, elle monte vers le ciel comme pour nous dire que l’Église nous élève, nous relève, nous sanctifie. De l’extérieur, cette église est élancée pour dire aux autres qu’ils sont appelés aussi à la vie de Dieu.

 

P.S. : ce texte a été écrit après l'homélie elle-même

Publié dans Solennités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article