L'amour s'abaisse

Publié le par Père Louis

Jeudi Saint – Année A (Mt)

Jeudi 20 mars 2008

       

Jésus et ses disciples se préparent à célébrer la fête de la Pâque, cette fête juive qui fait mémoire de l’Alliance entre Dieu et son peuple, du passage de l’esclavage en Egypte à la libération.

Jésus, lui, se prépare au grand passage de la mort : « l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père ». Jésus sait qu’il va être trahi par Judas, sait qu’il va mourir. C’est pourquoi, il réunit ses amis pour lui dire quelque chose d’important. Il leur donne son testament. Il le fait au cours d’un repas. C’est son dernier repas.

 

Quel est le message important que Jésus leur donne ? Il ne fait pas de discours, mais il se montre en train d’agir. Que fait-il ?

« Il se lève de table, quitte son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin, il se met à laver les pieds de ses disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture »

Pourquoi fait-il cela ? Jésus est quelqu’un d’important, c’est le maître, il n’a pas à laver les pieds des convives. Pierre ne comprend pas.

Il faut bien comprendre qu’à l’époque de Jésus, on marchait beaucoup pieds nus dans les sandales, que les pieds étaient souvent sales. Quand on entrait dans une maison, l’esclave lavait les pieds.

Aujourd’hui encore, dans les hôpitaux, chez certaines personnes invalides, à Lourdes, il y a des infirmiers, des aides-soignants qui lavent les pieds des personnes malades.

Là, Jésus, en s’abaissant pour laver les pieds de ses disciples, se fait serviteur. « Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde les aima jusqu’au bout ». Avant de mourir, Jésus nous montre qu’il n’y a pas d’amour sans geste concret, sans service. Celui qui dit qu’il l’aime les autres et qui ne rend jamais service est un menteur. Et rendre service, c’est se faire petit, c’est faire un effort. Il n’y a d’amour en vérité que dans l’amour que dans l’amour qui s’abaisse pour rejoindre celui qu’il aime.

Pierre ne comprend pas : « Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds ; non jamais ! ». Qu’il est difficile d’accepter que l’amour s’abaisse !

Jésus termine par cette phrase : « C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. » Aimer, ce n’est pas répéter les mêmes gestes, c’est inventer des gestes nouveaux pour faire le bien autour de soi. C’est pourquoi, il nous faut ouvrir nos yeux et être attentifs aux autres. Le soir avant de se coucher, posons-nous chacun la question : quelle bonne action ai-je fait dans la journée ?

 

Quel est donc le message de Jésus ? « Aimez-vous les uns les autres comme je vous aimé ». Nous sommes invités à vivre de l’amour de Dieu. Dieu aime non pas en donnant, mais en se donnant lui-même. Jésus, le Fils de Dieu, est venu pour se donner à nous. Dieu veut que nous soyons unis ensemble à lui. C’est ce que nous célébrons à chaque messe. « Ceci est mon corps qui est pour vous ».

 

Lorsque nous nous réunissons tous les dimanches autour de la table du pain et du vin, nous participons, comme les premiers disciples de Jésus, à ce grand repas. En communiant au corps du Christ, nous prenons des forces pour aimer.

 

Le repas de la messe n’est pas le sympathique souvenir du dernier repas de Jésus, comme pour un repas d’anniversaire. Dans ce repas, Jésus Christ est réellement présent. Vous savez ce que c’est un présent ? C’est un cadeau donné. Jésus se donne à nous, il se donne en nourriture sous l’aspect du pain et du vin. Depuis 2000 ans, Jésus ne cesse de se donner à nous, à tous, par amour jusqu’au bout. A chaque messe, c’est à la fois Vendredi Saint (Jésus meurt sur la Croix) et Dimanche de Pâques (Jésus sort du tombeau). Lorsque nous mangeons ce pain et buvons à cette coupe nous célébrons Jésus, mort et ressuscité, présent parmi nous.

Enfin, aujourd’hui Jeudi Saint, c’est la fête des prêtres, c’est la fête de ceux qui ont été ordonnés pour le service de l’Église, pour donner les sacrements comme celui de l’Eucharistie. Les prêtres sont très importants pour la vie de l’Église. Pour avoir la messe, il faut trois choses : le pain, le vin et le prêtre. Peut-être que certains garçons, parmi vous pensent à être prêtres et le seront plus tard. C’est un beau métier, vous savez, car les prêtres sont là pour vous aider à grandir dans l’amour de Dieu.

Alors, priez pour nous, pour que nous soyons fidèles à notre belle mission. Et puis aussi, priez Dieu pour qu’il y ait des nouveaux prêtres. N’attendez pas que les vocations de prêtres naissent chez les autres. Ouvrez votre cœur pour accepter qu’il y ait dans vos familles des jeunes qui répondent à l’appel du Seigneur à le suivre dans la prêtrise. N’ayez pas peur ! Si Pierre, dans un premier temps, a refusé d’être lavé par Jésus, il a finalement accepté sans réserve d’être pris entièrement dans l’amour du Christ : « Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! ».

 

Père, nous célébrons ce soir le repas de ton Fils, signe d’un amour jusqu’au bout, jusqu’au sacrifice de la Croix, fais que nous recevions de ce banquet sacrificiel la force de vivre dans l’amour véritable. Amen !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article