"Quand les hommes aiment Dieu"

Publié le par Père Louis

17ème dimanche du Temps ordinaire - Année A

Dimanche 27 juillet 2008

 

    « Quand les hommes aiment Dieu »

    Aimer Dieu, voilà le grand commandement, voilà en quoi consiste la vie chrétienne, la vie ne Christ. C’est pourquoi nous venons nous rassembler pour célébrer l’Eucharistie, le sacrement de l’amour, le grand mystère de la foi : Jésus Christ, Fils de Dieu, envoyé par le Père, est venu parmi nous. Par sa mort sur la croix et par sa résurrection, il nous sauve et nous fait entrer dans sa gloire.

   « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ». Aimer Dieu, c’est accepter d’être aimé de Dieu, c’est consentir au dessein de son amour.

    Aimer Dieu, c’est, comme Salomon, lui demander sa sagesse. Aimer Dieu, c’est, comme le psalmiste, aimer vivre selon sa loi (« Que ta volonté soit faite »). Aimer, c’est éprouver la joie de celui qui découvre le trésor du Royaume.

    Saint- Paul, que nous avons entendu dans la première lecture et dont c’est l’année actuellement, est justement celui qui a fait l’expérience de découvrir le trésor du Royaume de Dieu. Cette bonne nouvelle, il la communique à la communauté chrétienne de Rome par une lettre : « Moi Paul, serviteur de Jésus Christ, appelé par Dieu pour être Apôtre, mis à part pour annoncer la Bonne Nouvelle que Dieu avait déjà promise par ses prophètes dans les saintes écritures, je m’adresse à vous, bien aimés de Dieu qui êtes à Rome. Cette Bonne Nouvelle concerne son Fils… » (Rm 1, 1.2)

    Paul qui, rencontrant le Christ sur le chemin de Damas, a pris conscience de son péché, entend se mettre au service de l’amour de Dieu au sein de l’Église.

    « Quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien »

Quelle folie, cette parole de Paul ! Aimer Dieu ne semble pas être bénéfique. Il n’y a qu’à voir comment les chrétiens sont traités dans certaines parties du monde. Mystère de la vie chrétienne que de participer à la Passion du Christ.

    « Quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour »

    Il s’agit toujours d’entrer dans le plan de Dieu qui est un plan d’amour. Avons-nous confiance en sa providence, en la présence de Dieu sur nos chemins de vie ? « Le Seigneur soit avec vous ! »  ne cesse de rappeler le prêtre à l’assemblée eucharistique.

    « Tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu »

    Quel est donc ce TOUT ? Nous le retrouvons dans les paraboles de Jésus rapportées par Matthieu. Celui qui découvre le trésor caché vend TOUT ce qu’il possède et achète le champ. Le négociant qui a trouvé la perle rare vend TOUT ce qu’il possède et achète la perle.

    La perle vaut tout. Pourquoi donc ? Eh bien cette perle c’est le Royaume de Dieu qui nous est donnée par la Croix et la Résurrection de Jésus. Celui qui trouve la perle doit ouvrir totalement son cœur pour accepter la Croix et la Résurrection de Jésus et accepter de tout vendre pour vivre avec le Christ. Aimer Dieu, c’est l’aimer totalement. Le Royaume de Dieu, c’est la plénitude du don qui nous transforme, qui dilate notre cœur à la mesure de l’amour de Dieu ;

   Il s’agit d’entrer dans cette grande fraternité (l’Église) dont le Fils de Dieu est le frère aîné. Ainsi nous devenons des justes, c’est-à-dire que notre vie s’harmonise avec le plan de Dieu, telle une note qui sonne juste. Ainsi justifiés, nous recevons la gloire, cette gloire que nous attentons pour la fin des temps et dont nous avons un avant-goût dans la célébration eucharistique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article